Dieu s’intéresse à toi.

Elie et la veuve voix de l'évangile

Une femme de Sarepta

Dans le texte «1 Rois 17:8-16 », il est question de de la compassion de Dieu pour une étrangère, une femme qui habite Sarepta et qui est dans une situation difficile, tellement difficile qu’elle va bientôt mourir parce qu’elle n’a plus rien à manger à cause de la sécheresse.

  • Qui aurais pu penser qu’une étrangère au peuple de Dieu : veuve et pauvre de surcroît aurai une grande place dans le cœur de Dieu ?
  • Qui aurait pu imaginer que Dieu pouvait s’intéresser à elle et avoir de la compassion pour cette femme ?

Elle habitait un pays où l’on adore l’idole Baal et dont la reine inique, cruelle et idolâtre Jézabel était originaire.

Le prophète Élie était un instrument puissant entre les mains de Dieu en ce temps-là. Il était le porte-parole de Dieu et cette veuve était perdue dans un coin éloigné et elle faisait partie d’un peuple idolâtre.

Malgré cela, Dieu connaît cette femme, il a pour elle un plan merveilleux.

Dieu n’hésite pas à intervenir pour elle et déplace le plus grand de ses serviteurs vers cette femme. Elle est à l’image de l’homme pécheur.

En effet comme elle, l’homme pécheur et perdu loin de Dieu, étranger à sa vie et même son ennemi. Le prophète Esaïe écrit : « Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie » et la Bible atteste que l’homme pécheur est sous l’autorité du diable, il est l’esclave du péché. C’est par amour que Dieu a envoyé le prophète Élie vers cette femme comme il a envoyé son fils Jésus vers les hommes, il y a 2000 ans.

  • Qui a-t-il de commun entre le fils de Dieu et l’homme ?

Rien, il est Dieu et nous sommes des hommes. Il est saint et nous sommes pêcheurs, il est dans le ciel et nous sommes sur la terre, il est vivant et nous sommes mort.

En réalisant cela, nous pouvons mesurer la grâce et l’amour de Dieu pour chaque être humain par l’intermédiaire de son fils Jésus. Dieu se déplace jusqu’à nous en faisant le premier pas vers nous et nous tend la main pour nous sauver.

Cette démarche envers cette femme à Sarepta est d’une importance capitale même si cette femme ne le réalise pas. Elle ne sait pas que c’est Dieu qui a envoyé le prophète vers elle car il a besoin d’elle.

  • Est-il possible que le Dieu créateur des cieux et de la terre à qui tout appartient et qui est le maître de tout est besoin de quoi que ce soit ?
  • Est-il possible qu’il attende quelque chose d’une telle femme dans ce temps de famine ?

Elie, le représentant de Dieu a besoin d’être nourri et c’est vers cette veuve que Dieu l’envoie.

Bien qu’il sache que l’eau est précieuse et qu’elle n’a plus grand chose pour vivre, Il lui fait une demande folle et incompréhensible. Elle lui demande de l’eau et du pain.

Dieu lui a dit lorsqu’il a envoyé à Sarepta , « j’ai ordonné à une femme veuve de te nourrir ».

Au travers de la demande de son serviteur, c’est Dieu qui a faim et soif, c’est son amour ardent pour cette femme qui le pousse aller vers elle par l’intermédiaire du prophète et de lui faire cette demande apparemment insensée. C’est l’image de ce que Dieu va accomplir plus tard pour l’humanité entière.

Envoi de Jésus

Il va envoyer son fils bien-aimé. Jésus est donc venu ici-bas il y a 2000 ans. C’est parce que Dieu avait faim et soif de la joie et du salut des hommes.

Jésus est venu pour étancher la soif de son père et apaiser sa faim. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle »

Le choix de la veuve

La veuve de Sarepta se trouve dans une situation extrême. Elle est sur le point d’atteindre la limite de ses ressources. Après cela, elle et son fils sont destiné à mourir de faim.

Malgré le manque d’eau et de nourriture, elle accepte d’en donner à cet étranger en parlant de sa situation. Sans savoir qu’il était prophète, cette veuve a néanmoins reconnu en cet homme un israélite. Elle lui parle en disant : « l’éternel ton Dieu est vivant ».

Cette femme sait qu’elle est incapable de nourrir le prophète et Elie le sait aussi alors inspiré par l’esprit de Dieu, il lui fait la promesse en lui disant : « prépare-moi d’abord avec cela un petit gâteau et apporte-le-moi. Ensuite, tu en feras pour ton fils et pour toi. 14 En effet, voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël: ‘La farine qui est dans le pot ne manquera pas et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera pas, jusqu’au jour où l’Eternel fera tomber de la pluie sur le pays.»

La veuve se trouve devant un choix difficile. Peut-elle croire à la promesse de cet homme ?

  • Si cela est vrai : elle et son fils seront sauvé,
  • Si le prophète la trompe, elle aura perdu son dernier repas et ils mourront un peu plus tôt.

Elle décide d’obéir et elle ne regrettera pas.

Et notre choix dans la foi ?

Comme nous ne sommes pas capable d’étancher nous-mêmes la faim et la soif de Dieu, que pourrions-nous lui donner ?

Pourrions-nous combler le besoin de son cœur comme cette femme ? nous n’avons pas grand-chose. Nous sommes incapables d’étancher la soif de Dieu et de satisfaire sa faim ?

Dieu sait cela, il y a aussi quand même un moyen qui est suivi par une promesse, il est déterminé par un mot ainsi fini fiant qui est d’abord prépare-moi d’abord la promesse est celle de la vie et de la plénitude pour celui qui croit et qui obéit .

Que dois-je d’abord offrir au seigneur pour être sauvé et combler ?

je dois d’abord lui offrir ma vie lorsque la veuve accepte d’abord de préparer un gâteau pour le prophète. Elle met sa vie et la vie de son fils en danger avec le peu qui lui restait, ce qui représentait leurs vies.

 si elle donna Elie bien c’est le sens de la foi la foi consiste dans un premier temps non à perdre notre vie et dans un 2e temps à croire à la promesse de Dieu pour que la fin de Dieu causé par son amour infini pour moi soit comblé je dois lui au prix de ma vie telle qu’elle est c’est de cette manière-là qu’un échange je reçois le salut et la vie abondante

 

« La farine et d’huile ne tarissent jamais puis je dois lui donner mon cœur. »

Voilà ce que nous lisons en proverbes 23 : 26, « mon fils donne-moi ton cœur » .

Nous savons que le cœur et l’amour sont liés. C’est de tout notre cœur que nous devons aimer Dieu pour être sauvés bénis et comblés. C’est de notre cœur que nous devons donner tout notre amour avant même notre investissement et nos œuvres pour lui.

Puis je dois d’abord chercher le royaume de Dieu c’est pour avoir la vie et la vie abondante.

Il faut d’abord se donner à Dieu et lui donner d’abord notre cœur.

Dieu doit continuer à avoir la priorité en toute chose.

Il ne s’agit pas de se donner à Dieu de dire que nous l’aimons et de continuer à diriger nous-mêmes notre propre vie parce que je suis un enfant de Dieu.

Je vais d’abord rechercher ce qui plaît à Dieu, je vais laisser Dieu Diriger ma vie je rechercherai toujours ce qui est juste devant lui je voudrais toujours faire sa volonté et marcher toujours dans ses voies en recevant Jésus dans ma vie j’accepte de le laisser régner sur mon être entier.

 Si nous désirons La vie et la vie en abondance mettons à l’honneur et à la bonne place ce petit mot d’abord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page